Barock am Bass
Deutschlandfunk, 8 juin 2008

« […] Der Bassist Stephan MacLeod hat es geschafft, ein exquisites kleines Ensemble zusammen zu stellen, das sicher schnell seinen Platz in der hart umkämpften internationalen Szene finden wird. Der konzentrierte, spannungsgeladene Ausdruck, der der Musik nichts von ihrer großen Leichtigkeit nimmt, beeindruckt ebenso wie der versierte Umgang mit den spezifischen Artikulationselementen der Zeit. Der ausgewogene Klang der Aufnahme unterstützt die Klarheit der Interpretation. […]??Mit diesem Ensemble hat sich Stephan MacLeod selbst einen lang gehegten Wunsch erfüllt und seiner Heimatstadt Genf zugleich ein Geschenk gemacht. […] »

L’Orchestre de chambre de Bâle et Gli Angeli Genève signent deux enregistrements habités
Le Temps, 7 juin 2008

« […] Quant à Gli Angeli Genève, cette petite formation pleine de talent est le fruit d’une complicité entre musiciens d’ici et d’ailleurs. […] Publié par une major, le tout premier CD a fière allure. Au-delà de cette victoire personnelle, c’est surtout la musique qui parle.

[…] Tout autre climat dans le disque de Gli Angeli Genève. Il s’en dégage une douce et nourrissante ferveur. Des musiciens de premier ordre, des chanteurs d’exception dont les voix s’accordent admirablement (écoutez l’Aria de la Cantate Jesu meines Lebens Leben de Buxtehude) en font une anthologie très attachante. La soprano Johannette Zomer, le contre-ténor Pascal Bertin, le ténor Jan Kobow (superbe d’élan et de lumière dans une cantate de Bruhns) et enfin Stephan MacLeod (sobre et éloquent dans la Cantate Ich habe genug de Bach) rendent justice à des pages qui brillent avant tout par leur intériorité – un baume pour le cœur. »

Klassik – CD - Rezensionen
Rondo Magazin, 4 avril 2008

« […] Besetzungen und Ausdruckscharaktere sind ebenso abwechslungsreich wie ausgewogen und ihre Anordnung folgt zudem einem klaren Spannungsbogen. Vor allem punktet die Aufnahme mit den Sängern, die Ensembleleiter Stephan MacLeod für das Projekt um sich geschart hat: Von Johanette Zomers klar artikuliertem Sopran über Pascal Bertins ausdrucksreichen, aber leichten Alt sowie den mit Glanz und Beweglichkeit einer Barocktrompete jubilierenden Tenor Jan Kobow bis hin zu MacLeods substanzreich-unangestrengten Bass überzeugen die Sänger gleichermaßen im Solo- wie im Ensemblegesang. […] »

German Baroque Cantatas
NDR Kultur, 4 avril 2008

« […] Die Trauerkantate "Du aber Daniel, gehe hin" von Georg Philipp Telemann steht am Anfang dieser sehr interessanten Zusammenstellung geistlicher Kantaten des 17. und 18. Jahrhunderts - und gleich von den ersten Takten an kann sich der teilnahmsvolle Hörer angenommen fühlen, diese in ihrer erweiterten Harmonik so ausdrucksvolle Musik spendet Trost, gibt Hoffnung.

Gli Angeli Geneve ist ein kammermusikalisch besetztes Ensemble aus höchstens acht Sängern und acht Instrumentalisten, gegründet von dem jungen Schweizer Bass-Bariton Stephan MacLeod, um die Genfer Musikszene zu beleben. Anregend sind der Oboist Marcel Ponseele, der Blockflötist Bart Coen, der Chor.

Die Liedkantate "Jesu, meines Lebens Leben" von Dietrich Buxtehude wird zum Prüfstein für die Homogenität des Ensembles - denn jede Stimme im Chor ist nur zweifach besetzt. […]»

L'envolée de Gli Angeli Genève
Le Temps, 31 mai 2005

"L'ensemble Gli Angeli Genève et son chef Stephan MacLeod ont accompli un pas de plus dans la longue marche qui les mènera à parcourir l'intégrale des Cantates de Bach. Le rendez-vous de ce dimanche n'était que le deuxième […], mais il a révélé des certitudes de taille. Première parmi toutes, la très belle tenue artistique de ce projet ambitieux. Car, en dépit de l'état embryonnaire du parcours, l'ensemble genevois a suscité un enthousiasme aussi unanime que celui qui a accompagné l'arrivée de Bach à Leipzig.

[…] La cantate BWV 22 […] ouvre un concert mémorable. L'accoustique qui arrondit les graves et assèche les aigus, met en relief la verve du continuo […] et son phrasé puissant et délicat. Mais ce sont surtout les voix de la basse Stephan MacLeod et du ténor Gerd Türk qui impressionnent. La première pour sa portée et sa théatralité, la seconde par la sensation de légèreté qu'elle dégage. Les équilibres subtilement calibrés de l'ensemble se révèlent enfin lors du "Choral" qui clôt l'œuvre.

[…] La soprano Maria Cristina Kiehr, de sa voix splendide et cristalline, fait merveille, et le concert prend son envol avec l'œuvre qui inaugure le nouveau statut de Bach: la Cantate BWV 75. Ici, Gli Angeli Genève atteint l'apogée: l'alto Michaela Selinger se libère magnifiquement, alors que la trompette de Dennis Ferry confère à l'œuvre des sonorités âpres et organiques."

Les anges s’invitent chez Amadeus
Le Temps, 8 septembre 2003

« Dans la grande de la Touvière, une chauve-souris tournoie avec une élégance imprévisible, grisée par les sons. L’ensemble genevois Gli Angeli sort lentement d’une pénombre délicatement éclairée. La voix profonde de son chef et fondateur, Stephan MacLeod, se déploie avec une grande agilité. Elle aussi s’extrait des ténèbres pour s’éclairer progressivement. De profundis clamavi, la cantate de Nicolaus Bruhns (1665-1697) est l’une des plus belles pièces interprétées samedi soir par la nouvelle formation au Festival Amadeus.

Alternant les humeurs mélancoliques et les élans vers la lumière, relevant tantôt de douloureuses dissonances pour rebondir ensuite avec souplesse, Gli Angeli dialoguent, se répondent en échos. On sent une grande intelligence musicale, alliée au plaisir de jouer. Il faudrait pouvoir citer chaque membre. A défaut de le faire dans ces quelques lignes, donnons au moins les noms de Margarete Adorf et Amandine Beyer, deux violonistes qui répondent avec virtuosité aux appels de la voix. Le jeune ensemble relève les beautés, les formidables déviances et extravagances du répertoire de la musique baroque allemande, avec cette même élégance imprévisible qui caractérisait le vol de la chauve-souris... »